En bref 2 min

AeroSHARK, une « peau de requin » pour recouvrir les avions

La compagnie aérienne Swiss International Air Lines (SWISS) a décidé de revêtir d’un film adhésif en polymère les 12 Boeing 777 de sa flotte. Cette nouvelle technologie de surface va permettre de diminuer de plus d’1 % la consommation de carburant de la sous-flotte tout en réduisant fortement les émissions de CO₂.
AeroSHARK, une « peau de requin » pour recouvrir les avions
© Lufthansa Technik AG
AeroSHARK, une « peau de requin » pour recouvrir les avions

Film artificiel qui imite la peau de requin : la nature pour modèle

Depuis des années, l'industrie aéronautique recherche intensivement des moyens de réduire la traînée aérodynamique. Une grande partie de ces recherches s'est concentrée sur la structure de la surface de la peau des requins, qui est constituée de denticules : de minuscules écailles en forme de V, dont les chercheurs ont découvert qu'elles réduisaient la résistance et les turbulences, permettant ainsi aux requins de glisser dans l'eau en douceur et sans effort.

Ce sont les chercheurs de Lufthansa Technik et du groupe chimique BASF qui ont trouvé la solution, avec la création d’AeroSHARK, un film structuré de millions de nervures d’environ 50 microns, appelées riblets, qui imite les propriétés de la peau de requin.

Ce film, déjà testé et appliqué à l’heure actuelle à l’ensemble de la flotte de fret de Lufhtansa Cargo a su séduire la SWISS, qui est la première compagnie au monde à l’utiliser sur une flotte de Boeing long-courrier

Biomimétisme et nouvelles technologies pour réduire l’empreinte environnementale

L’application de 950 m2 de ce film peau de requin sur la surface du fuselage et des nacelles moteurs va ainsi réduire immédiatement la résistance à l’air et en conséquence, la consommation de carburant d’environ 1, %. Pour l’ensemble de la flotte de Boeing 777de la SWISS, cela va se traduire par une économie annuelle de plus de 4 8000 tonnes de kérosène et jusqu’à 15 200 tonnes d’émissions de CO₂, soit l’équivalent d’environ 87 vols long-courriers de Zurich à Mumbai.

Selon l’équipe d’AeroSHARK, le film serait facile à appliquer, et extrêmement résistant aux rayons UV, à l'eau, à l'huile et aux importants changements de température et de pression qui se produisent à l'extérieur des avions long-courriers. Il pourrait être également appliqué sur les ailes, ce qui contribuerait à générer une portance supplémentaire.

Une innovation technologique, économique et écologique pour le secteur aérien

SWISS installera successivement AeroSHARK sur sa flotte de Boeing 777-300ER à partir de la mi-2022, lors des escales de maintenance appropriées. Le revêtement pourrait également être étendu aux ailes dans un avenir proche, afin de réaliser un potentiel d’économie supplémentaire.

Lufthansa Technik et BASF, quant à eux, ont l'intention de poursuivre systématiquement le développement de cette nouvelle technologie en direction d'autres types d'avions et de surfaces encore plus grandes, afin de pouvoir offrir aux compagnies aériennes du monde entier un soutien encore plus important pour atteindre leurs objectifs en matière d'émissions. Selon les premiers calculs de modèles, la technologie de la peau de requin, dans sa phase d'expansion maximale, pourrait même éviter des émissions de CO2 à hauteur de trois pour cent.

Pour en savoir plus :
https://blog.swiss.com/
https://www.basf.com

 

Cet article vous a plu ? Vous allez aimer les suivants !