Au quotidien 5 min
Les polymères cherchent la petite bête
La cause animale est entendue ! Pour preuve, de nombreux pays l’intègrent désormais dans leur arsenal législatif. Fondamentaux dans le domaine de la bientraitance animale, les plastiques ne sont pas en reste et permettent de sauver des vies
Les polymères cherchent la petite bête
Les polymères cherchent la petite bête

Comme un coq en pâte

Le chien, le chat et la poule aux oeufs d'or

Les Européens aiment les animaux et encore plus leurs animaux de compagnie ! Parmi eux, ce sont les Français et les Britanniques qui en possèdent le plus grand nombre. La France atteint même des sommets, puisque l’on y comptabilise presque autant d’animaux domestiques que d’habitants. Les Espagnols et les Portugais se défendent pas mal, au même titre que les Roumains, les Danois et les Hongrois… Surprise, ce ne sont pas les chiens et les chats qui se taillent la part du lion, même si la population européenne est estimée à près de 100 millions d’individus, mais les poissons ! C’est finalement assez logique, puisqu’un aquarium est rarement occupé par un seul habitant… 

On comprend donc aisément pourquoi une véritable économie s’est développée autour des animaux de compagnie. Un secteur toujours en pleine croissance, qui pèse aujourd’hui plus de 20 milliards d’euros et emploie plus de 100 000 personnes en Europe.

 

 

Heureux comme un poisson dans l'eau

A tout seigneur, tout honneur donc. Place au monde féerique de l’aquariophilie. Pour les amateurs, il s’agit avant tout de reproduire le plus fidèlement possible le milieu aquatique. Un monde de passionnés toujours en quête du petit détail qui améliorera leur « œuvre ». Mais avant d’en arriver là, il faut bien commencer… Pour inciter les plus jeunes et leurs parents, les fabricants d’aquariums développent depuis quelques années des gammes peu onéreuses et prêtes à l’emploi destinées à accueillir des poissons d’eau douce. Ces kits se composent d’un bac en polycarbonate, un matériau solide, transparent et inerte, et de petits objets de décoration généralement en PVC ou encore en polystyrène. Ces aquariums sont de petites tailles, car, aussi résistants soit-il, contrairement au PMMA ou au verre, le polycarbonate ne pourrait résister à la pression de l’eau sur les parois si le bac était d’un trop grand volume (plus de 15 l).

 

S’adressant majoritairement aux enfants, les « kits découverte » sont idéaux pour trois ou quatre poissons rouges. Ces bacs sont tous des parallélépipèdes, les formes sphériques étant désormais proscrites, voire carrément interdites selon les pays, car, ne disposant pas de coins, elles ne permettent pas aux poissons de se reposer. C’est notamment dans les angles en effet que ces derniers aiment se nicher pour se reposer ou simplement se réfugier.

La passion est là ? Il est temps d’aller plus loin en passant à un bac plus grand. Les aquariophiles de haut vol aiment personnaliser leur aquarium et n’hésitent généralement pas à le construire eux-mêmes pour l’adapter au lieu où ils comptent l’installer. Le traditionnel aquarium en verre laisse de plus en plus la place au bac en PMMA (polyméthacrylate de méthyle). Mais la raison n’est pas le prix ni la légèreté : le verre acrylique ne coûte pas forcément moins cher que le verre minéral et, selon l’épaisseur requise, il n’est pas moins lourd. Alors, pourquoi un tel succès ? Tout simplement parce que ce polymère laisse mieux passer la lumière que le verre, il est une barrière naturelle aux rayons UV, il ne jaunit pas et est incassable. Et, bien sûr, il est inerte. Ce n’est pas un hasard si désormais c’est le matériau le plus utilisé pour les aquariums. D'ailleurs, la plus grande vitre au monde (3m x 5 m et 33 cm d’épaisseur) réalisée en PMMA équipe un aquarium situé en Californie.

Un petit nid bien douillet

Les tortues, serpents, reptiles en tout genre, petits rongeurs ou même araignées sont depuis déjà longtemps considérés comme de véritables animaux de compagnie. Ils constituent officiellement une famille baptisée NAC pour « nouveaux animaux de compagnie ». Comme pour les poissons, on trouve un public passionné mais aussi beaucoup d’enfants. L’image du hamster tournant indéfiniment dans sa roue est largement dépassée. Aujourd’hui, les rongeurs sont accueillis dans de véritables maisons tout en polycarbonate transparent pour faciliter l’observation sans déranger l’animal. Ce polymère résistant et léger est très facilement moulable et autorise donc les formes les plus délirantes. Les petites bêtes ne dépérissent donc plus au fond de leur cage, c’est même tout le contraire. Les cages les plus abouties ont plusieurs étages reliés entre eux par des échelles ou des toboggans. Mieux encore, certaines sont évolutives.

Il est possible d’y ajouter de nouvelles pièces qui viennent se clipser sur la « maison mère ». Quant aux objets de décoration, et plus particulièrement à ceux destinés aux terrariums, c’est aussi l’avalanche. On trouve de tout : des faux œufs aux fausses branches en passant par les fausses pierres. Un véritable catalogue des polymères… C’est bien là l’une des grandes forces des plastiques, qui peuvent prendre à peu près toutes les formes, se peindre facilement et sont assez peu onéreux.

Une vie de chien, vraiment ?

Les jouets pour chiens sont encore un domaine où l’imagination n’a pas de limite et où les plastiques sont rois ! Ce que l’on sait moins, c’est que ces jouets ont une véritable fonction, comme l’ont démontré de nombreux éthologues, c’est-à-dire les spécialistes du comportement animal. Ainsi, un jeune chiot a un besoin irrésistible de mâcher, c’est une activité normale ! Il mordille pour attraper sa nourriture, pour explorer son environnement, pour tuer l’ennui et évacuer le stress. Toutefois, cette habitude peut se révéler un réel problème lorsque le chien jette son dévolu sur vos affaires. Pour y remédier, on trouve dans les animaleries toutes sortes d’objets destinés à satisfaire les besoins de mastication. Souvent à base de silicone, ces jouets sont absolument sans danger pour l’animal. Certains sont même creusés pour pouvoir cacher une friandise.

Un tout jeune chiot, fraîchement adopté et récemment séparé de sa mère et de sa fratrie, est bien souvent à la recherche d’une présence pour s’endormir à la nuit tombée. Et pour cause, avant d’être adopté, le chiot avait pour habitude de dormir blotti contre sa mère avec ses frères et sœurs. Il existe donc des doudous pour les chiens. Comme ceux des humains, ils sont généralement en polyester. La grande différence repose sur la couture, qui est réalisée par un fil de nylon ultra-résistant. Quant au rembourrage, également en polyester, il est minime, pour éviter au chien d’avoir l’envie de dépiauter sa peluche pour savoir ce qu’elle contient. Certaines d’entre elles contiennent des petits objets sonores censés rassurer l’animal.

Et les chats alors ? Les gammes de jouets pour chats sont moins étendues. En effet, les chats sont nettement plus autonomes et indépendants ; ils se suffisent généralement à eux-mêmes. Le besoin de jouet n’est donc pas une fatalité, surtout si le matou est libre de se promener où bon lui semble.

 

 

 

 

Avoir d'autres chats à fouetter

Justement, un chat, ça sort, ça rentre… Et comme en règle générale il considère son maître comme son esclave, il ne comprend pas qu’il ne puisse passer sa vie à l’attendre derrière la porte. C’est tout l’intérêt des chatières. Celles-ci ont tout de même le gros défaut de laisser entrer n’importe quel félin un peu culotté. Il existe aujourd’hui des chatières qui s’ouvrent ou se ferment au bon vouloir du matou par simple détection d’une puce RFID installée sur son collier. Pour ne rien gâcher, ces chatières sont souvent très design et mélangent harmonieusement différents polymères comme le polycarbonate et le polyéthylène. Leurs joints en silicone isolent parfaitement du froid et du bruit. 
Pour rester dans les objets connectés pour chats, saluons une start-up française qui a conçu le Catspad, un distributeur de croquettes et d’eau programmable, qui fonctionne via une application mobile et une puce incluse dans le collier du chat, ou encore directement posée sous la peau.

En plus d’être intelligent, le Catspad a aussi de superbes courbes, un rendu que seuls les polymères rendent possible. A noter qu’il a été très bien accueilli lors du dernier CES de Las Vegas.

Eviter la chair de poule

L’imagination n’a parfois pas de limite quand il est question de nos chers animaux de compagnie. On connaît ces marques de prêt-à-porter de luxe qui régulièrement proposent des modèles réalisés dans les mêmes tissus que ceux de leurs maîtres ou maîtresses pour une parfaite harmonie… Et que penser de ces gammes multicolores d’imperméables pour chiens parfaitement inutiles si ce n’est pour éviter cette abominable odeur de chien mouillé… Les catalogues des fournisseurs d’articles pour animaux regorgent de ces produits plus ou moins originaux et pas toujours du meilleur goût. Ceci dit, certains sont parfois inattendus et ont une véritable utilité, comme ces équipements de protection individuelle (EPI) pour chiens. A l’instar de ceux des humains, ce sont des gilets réfléchissants en polyester qui garantissent à l’animal d’être vu à la nuit tombée. Ce n’est pas pour rien s’il a été adopté par les amateurs de jogging qui profitent de leurs sorties pour faire faire de l’activité à leur animal. Dans le même ordre d’idée, il existe également des gilets de sauvetage pour les chiens n’ayant pas trop le pied marin…

Cet article vous a plu ? Vous allez aimer les suivants !