Paroles d'expert 4 min

Trouver le bon matériau nous aide à transmettre l'émotion du public

Rencontre avec Catherine Lagacé, coordonnatrice matériauthèque et connectivité à Rino Côté, et conseillère recherche et développement au Cirque du Soleil.
Trouver le bon matériau nous aide à transmettre l'émotion du public
Trouver le bon matériau nous aide à transmettre l'émotion du public

Le cirque du soleil est aujourd'hui mondialement connu mais rares sont ceux qui en connaissent l'histoire. Pouvez-vous la raconter en quelques mots ?

Au départ, dans les années 1980, ce n’était qu’une troupe d’artistes plus ou moins hurluberlus qui avait envahi un village sur les bords du fleuve Saint-Laurent au Canada. Les Échassiers de la Baie-Saint-Paul, leur nom à l’époque, déambulaient sur des échasses, jonglaient, dansaient, crachaient du feu et jouaient de la musique dans le seul but d’émerveiller les populations locales. Il n’était vraiment pas question de révolutionner les arts du cirque en les réinventant. En 1984, inspiré par les célébrations du 450e anniversaire de la découverte du Canada par Jacques Cartier, et souhaitant faire rayonner la jeune troupe, Guy Laliberté, l’un des membres de la troupe, orchestra une tournée officielle à travers la province de Québec. Le spectacle s’articulait autour d’un éblouissant amalgame d’arts du cirque et de performances de rue ; une audacieuse combinaison de costumes extravagants, d’éclairages féeriques et de musique inédite.

daniel desmaerais

Il trouva le nom de « Cirque du Soleil », car selon lui, « le Soleil représente l’énergie et la jeunesse ». Puis, tout s’est très vite enchaîné : la troupe a franchi la frontière américaine en 1987 pour participer à un festival. Elle a commencé à être connue et bientôt reconnue. En 1993, elle prenait résidence à Las Vegas. Aujourd’hui, le Cirque du Soleil est présent dans de nombreuses parties du monde.

D'un point de vue scénographique, vos spectacles sont parmi les plus créatifs qui soient. Comment créez-vous vos décors et costumes ?

C’est un véritableosa images travail de collaboration entre le metteur en scène, les concepteurs, les designers et les artisans, tous experts dans leur domaine, qui ont la charge de fabriquer décors et costumes. Cependant, même si nous faisons tout notre possible pour ne mettre aucun frein à nos sens créatifs, nous avons tout de même quelques contraintes. N’oublions pas que nous sommes une troupe de cirque et que nos artistes sont bien souvent des acrobates. Il faut donc qu’ils puissent se mouvoir correctement et que les costumes n’entravent en rien leurs mouvements. Nous avons également des contraintes réglementaires comme celles liées au feu. Lors de notre processus créatif, nous avons toujours ces règles en ligne de mire. Ceci dit, malgré cela, nous n’oublions jamais que nos spectacles ont pour objectif principal de donner une émotion au public. C’est notre credo et l’un de nos leitmotivs.

Tous nos costumes, accessoires et décors sont fabriqués au siège social international à Montréal. Plus d’une centaine d’artisans travaillent quotidiennement à la création et à la reproduction des costumes. Il peut également nous arriver de faire appel à des sous-traitants pour des besoins très spécifiques.

Quels sont les matériaux les plus fréquemment utilisés ?

Ils sont multiples et très nombreux. Pour faire un raccourci, je dirais que nous ne nous interdisons pas d’étudier tous les types de matériaux pour peu matt beardqu’ils puissent avoir un avantage déterminant, comme la facilité à leur donner une forme par moulage ou sculpture, leur possibilité à se teindre, etc. Nous cherchons avant tout le matériau qui correspondra parfaitement à nos besoins pour un numéro particulier. Il est simple de comprendre que les exigences ne seront pas les mêmes pour un jongleur ou pour un acrobate et ceci est valable tant pour les costumes que pour les accessoires. Globalement, nous cherchons des matériaux qui ne mettent pas en péril la sécurité des artistes et qui soient à la fois solides, légers et… esthétiques. Pour toutes ces raisons, nous avons recours à des plastiques moussés de différentes densités et de natures chimiques distinctes.

Ainsi, pour les moules servant à fabriquer les accessoires, nous utilisons le plus souvent des mousses expansées uréthane. Les mousses EVA, quant à elles, sont idéales pour le thermoformage. Les produits polyuréthanes sont utilisés aussi en version rigide pour une catégorie d’accessoires qui réclame une très grande solidité. Il nous arrive aussi de faire appel aux fibres de verre et de carbone mêlées à des résines époxydes lorsque nous cherchons encore à gagner en robustesse et en légèreté.

Les plastiques et polymères ont donc une place de choix dans vos créations ?

Effectivement, d’autant plus qu’il n’existe pas un mais des plastiques. Le choix des matériaux est donc très vaste. Cependant, nous sélectionnons des matières avant tout pour la fonction que nous voulons leur donner. Par exemple, nous utilisons beaucoup de matières provenant de l’univers des chaussures pour fabriquer des chapeaux et des accessoires de costumes. Les matériaux, et notamment les plastiques, entrant dans la fabrication des semelles sont légers, transparents, flexibles, etc. Donc parfaits pour des chapeaux ! Ceci est vrai pour les polymères mais aussi pour toutes les autres familles de matériaux que nous utilisons. Nous avons déjà détourné des batteurs à œuf manuels pour des décorations de costumes. Ces derniers, une fois recouverts d’une peinture métallisée, donnaient l’effet recherché par le concepteur. Enfin, plus classiquement, les faux cils, les nez de clown, les paillettes, etc. que nous achetons sont également issus du monde des plastiques.

matt de long

Utilisez-vous la technique de l'impression 3D ?

Comme nodominique lemieuxus l’avons déjà dit, nous aimons détourner les matériaux ou les objets pour les adapter à nos besoins. Il y a quelques années, nous avons investi dans une imprimante 3D. Il nous aura fallu un peu de temps pour trouver les bonnes recettes techniques et le bon matériau. Aujourd’hui, c’est une technologie que nous maîtrisons parfaitement et qui est idéale pour fabriquer des objets flexibles. Nous utilisons différents polymères en fonction de nos attentes. La technologie des imprimantes 3D est très intéressante sur bien des points : nous pouvons concevoir nos objets et les visualiser sur un écran d’ordinateur et donc les contrôler avant même de lancer leur fabrication. De plus, avec ce procédé, les pertes matières sont minimes puisque l’imprimante n’utilise strictement que ce qu’il lui faut.

Les prochaines tournées en Europe

TOTEM
Espagne (Malaga et Alicante) - Du 1er juin au 19 août 2018.
Suisse (Zurich - ) - Du 5 septembre au 14 octobre 2018.
France (Paris) - Du 25 octobre au 2 décembre 2018.

OVO
Royaume-Uni et Irlande (Liverpool, Sheffield, Newcastle, Glasgow, Nottingham, Leeds, Manchester, Birmingham, Dublin, Belfast) - Du 16 août au 21octobre 2018.
France (Lille, Bordeaux Toulouse, Montpellier, Strasbourg, Nantes) - Du 8 novembre au 16 décembre 2018.
Espagne (La Corogne) - Du 21 au 30 décembre 2018.

TORUK
Allemagne (Cologne, Hambourg, Berlin) - Du 25 octobre au 11 novembre 2018.
Italie (Turin et Bologne) - Du 15 du 25 novembre 2018.
Allemagne (Francfort) - 30 novembre 2018.
Croatie (Zagreb) - Du 7 au 9 décembre 2018.
Espagne (Pampelune) - Du 6 au 10 février 2019.
Allemagne (Munich) - Du 5 au 9 juin 2019.
 
Plus de renseignements et billets sur cirquedusoleil.com

 

 

 

 

 

 

 

Cet article vous a plu ? Vous allez aimer les suivants !
  • Des chapiteaux d'hier aux JO d'aujourd'hui
    Paroles d'expert 3 min
    Des chapiteaux d'hier aux JO d'aujourd'hui

    Romain Ferrari, Directeur général du groupe Serge Ferrari, fabricant de membranes composites souples et promoteur de l’architecture légère....

  • La boule à neige...Un objet intemporel !
    Cultissime 2 min
    La boule à neige...Un objet intemporel !

    Cet objet sphérique, à son commencement uniquement en verre, se fabrique aujourd’hui principalement en plastique : vingt grammes de plastique suffisent à réaliser les deux demi-sphères, transparente d...

  • PopArt : une stratégie pour préserver les œuvres en plastique
    Paroles d'expert 6 min
    PopArt : une stratégie pour préserver les œuvres en plastique

    Rencontre avec le professeur Bertrand Lavédrine, coordinateur du projet européen POPART, visant à développer une stratégie pour améliorer la conservation des objets de musées en matière plastique....