En bref 2 min

Barrières anti-inondation

Comment bien se protéger contre les inondations et suffisamment à l’avance ? Habituellement, il faut énormément de temps pour ériger des barrières de protection avec des sacs de sable, parfois tellement de temps qu’il aurait fallu commencer les travaux avant qu’il ait plu…. !
Barrières anti-inondation
© NOAQ
Barrières anti-inondation

La société suédoise Noaq a été créée pour développer et proposer des systèmes de protection contre les inondations sur le marché mondial. Elle a ainsi développé, avec la collaboration des services de sauvetage suédois, un produit « Boxwall » qui est un dispositif anti-inondation, en thermoplastique, démontable, auto-stable et mobile et donc extrêmement rapide à monter. Il est composé de sections identiques formant des barrières tubulaires qui s’encastrent en forme de « L ».  Ce système est breveté dans un grand nombre de pays.

Comment être à la fois ultra léger et auto-stable ?

Ces barrières sont constituées de tubes gonflés d’air en tissu PVC renforcé que l’on raccorde aux extrémités à l’aide de simples fermetures éclair. Le long de chaque tube, est soudée une jupe qui repose sur le sol du ”côté inondation”. Lorsque l’eau commence à s’élever au-dessus de la jupe, le poids de l’eau appuie celle-ci contre le sol et ancre ainsi le tube.

L’étanchéité de la barrière est garantie par des joints de mousse sous les bords de chaque section. Pour assurer l’adhérence au sol, chaque section dispose de semelles en caoutchouc expansé.

Chaque barrière pèse moins d’1/2 % du poids des sacs de sable nécessaire et il suffit de 2 à 4 personnes pour la manier. 2 personnes peuvent ériger 100 m de barrière en seulement 50 minutes.

Et pouvoir s’adapter à tous les sols

Peu importe le sol, ces barrières tubulaires s’adaptent aussi bien sur le gazon que sur le gravier ou le bitume et n’exige ni travaux de préparation, ni dispositifs d’ancrage. En effet, ce système anti-inondation utilise le propre poids de l’eau pour s’ancrer lui-même dans le sol !

Elle a reçu de nombreux prix dont le prix SKAPA qui récompense, chaque année, les meilleures inventions suédoises. Un bon exemple d’utilisation des plastiques quand il est question de protéger les hommes et leur environnement de certaines catastrophes d’origines naturelle ou humaine.

Pour en savoir plus :
http://noaq.com/fr

Cet article vous a plu ? Vous allez aimer les suivants !
  • 200 bouteilles pour un cadre de vélo
    En bref 1 min
    200 bouteilles pour un cadre de vélo

    Que diriez-vous d’un vélo produit à partir de bouteilles en plastique PET, d’emballages de shampoing et de pièces détachées de frigidaires ? Après les polaires, le rembourrage des coussins et autres ...

  • De l'aspirateur à l'œuvre d’art
    En bref 1 min
    De l'aspirateur à l'œuvre d’art

    C’est ce que dévoile Electrolux avec sa série limitée d’aspirateurs pas comme les autres « Vac from the Sea », produits à partir de déchets marins issus des océans. Electrolux compte ainsi sensibil...

  • 200 000 mégots pour un fauteuil
    En bref 1 min
    200 000 mégots pour un fauteuil

    Depuis mai 2012, Tom Szaky, un jeune américain PDG de l'entreprise TerraCycle, s'est lancé dans un vaste programme de recyclage des mégots de cigarettes outre-Atlantique. Fort de son succès, il envisa...