Planète 2 min
L’upcycling : le recyclage éthique et esthétique
Depuis quelques années, un terme anglo-saxon a fait son apparition dans notre vocabulaire, sans que l’on sache exactement à quoi il se réfère : l’Upcycling, un phénomène tendance, présent aux 4 coins de la planète.
L’upcycling : le recyclage éthique et esthétique
L’upcycling : le recyclage éthique et esthétique

Recyclage vers le haut

Son origine

C’est en 1994 que le terme « Upcycling » fut utilisé pour la première fois, par un ancien ingénieur allemand Reiner Plitz, puis popularisé un peu plus tard, en 2002, dans le livre Cradle to Cradle : « remaking the way we make things » de William Mcdonouch. A partir de là, l’Upcycling, ou l’art de donner une seconde vie aux objets a engendré nombre de travaux de recherche et les livres sur le sujet se sont multipliés.

Il est né tout naturellement dans les pays en voie de développement, où l’accès aux biens de consommation est limité et les systèmes de collecte et de traitement des déchets souvent inexistants. Il perce aujourd’hui dans les pays développés qui voient en lui une source d’inspiration majeure.

Un concept tendance, économique et environnemental 

L’Upcycling définit un « recyclage vers le haut ». Une nouvelle génération de designers ne se contente pas de récupérer les matériaux et objets pour leur donner une deuxième vie, ils ré-enchantent ces matières afin que le résultat soit plus beau que le produit initial : une démarche à la fois esthétique et éthique, où la notion de création est fortement présente.

Upcycler, c’est réutiliser, mais pas n’importe comment : on s’approprie l’objet et on le modifie pour le rendre original et utile. Souvent, on le détournera de son usage habituel pour lui en attribuer un nouveau.

Un mouvement éco-responsable

L’Upcycling, ce n’est pas « faire du neuf avec du vieux », c’est éviter de jeter des choses qui pourraient encore être utiles, si on les transformait avec un zeste d’imagination. On n’utilise pas ou peu de ressources pour créer un nouvel objet, en minimisant le plus possible l’impact sur l’environnement. 

Prenons par exemple une palette usagée : il suffit d’un coup de peinture pour en faire une table. Un pneu, après sa vie de pneu,  peut aussi bien se transformer en siège, en sac ou en bijou et une bouteille plastique en bouton très fashion. Des ébénistes utilisent leurs chutes de bois pour fabriquer leur mobilier et on réalise des jeans à partir de vieux modèles.

Bref, avec l’Upcycling, on peut consommer sans culpabiliser !

Recyclage ou upcycling ?

Quelle différence existe t’il entre upcycler ou recycler ces matériaux ?
Dans les deux cas, un objet en fin de vie est récupéré pour en faire un autre objet. Mais là où le recyclage engendre un processus de transformation thermomécanique, et par là même une dépense d’eau, d’énergie …, le Upcycling ne transforme pas les matériaux.
On peut également faire valoir qu’un produit recyclé sera souvent de qualité égale au matériau d’origine. Dans l’Upcycling, on tentera d’apporter une valeur ajoutée au produit, souvent de façon artistique.
En tout état de cause, on peut considérer que l’Upcycling est une forme de recyclage. Ajoutons que le recyclage peut se pratiquer à grande échelle tandis que le Upcycling reste confidentiel. Un peu comme la différence entre industrie et artisanat.

 

Cet article vous a plu ? Vous allez aimer les suivants !
  • Baskets éco conçues
    En bref 1 min
    Baskets éco conçues

    Grâce à un partenariat avec l’ONG Parley for the Oceans, la firme allemande Adidas vient de proposer une nouvelle paire de sneakers conçue avec des déchets plastiques récupérés dans les océans. Lancé ...

  • L’upcycling : le recyclage éthique et esthétique
    Planète 2 min
    L’upcycling : le recyclage éthique et esthétique

    Depuis quelques années, un terme anglo-saxon a fait son apparition dans notre vocabulaire, sans que l’on sache exactement à quoi il se réfère : l’Upcycling, un phénomène tendance, présent aux 4 coins ...

  • Vous avez dit "Biosourcés" ?
    Planète 2 min
    Vous avez dit "Biosourcés" ?

    Après l'alimentaire et le textile, la mode "bio" poursuit sa progression. Plastiques bio-sourcés, biodégradables, bioplastiques, bio-polymères… Les appellations se multiplient, sans que l’on sache ce ...