Au quotidien 4 min
Le plastique contre vents et marées
Matériau étanche par excellence, le plastique est particulièrement utilisé pour contenir toutes sortes de liquides. Si les bouteilles, les flacons et autres bidons viennent spontanément à l’esprit, les plastiques sont aussi usités quand il est question de protéger les hommes et leur environnement de certaines catastrophes d’origines naturelle ou humaine.
Le plastique contre vents et marées
Le plastique contre vents et marées

Plastiques vs montée des eaux

Inéluctable montée des eaux ?

C’est un débat d’experts ! La montée des eaux résultant du réchauffement climatique risque-t-elle de rayer de la carte nombre de terres côtières ? Nous n’avons pas la réponse, mais la probabilité n’est pas nulle.
Dès lors, les hommes se préparent.

Le principe de précaution l’emporte, et déjà industrie plastique, architectes et urbanistes sont sur le pont pour proposer des solutions innovantes et durables.

Un pays construit sous le niveau de la mer

Il est un pays européen notoirement concerné par cette hypothétique montée des eaux : les Pays-Bas.
Fortement urbanisée, cette nation n’a eu de cesse de gagner des terres sur la mer. En plusieurs siècles, elle a réussi l’exploit de rendre habitables des zones situées sous le niveau de la mer en créant les fameux polders.
Comment s’y est-elle prise ? En construisant d’imposantes digues et en creusant de nombreux canaux capables de drainer le surplus d’eau. 

Est-elle pour autant fin prête face à une montée des eaux majeure ?

Faire flotter les maisons

Le gouvernement néerlandais prend très au sérieux cette question. Ainsi, il s’est entouré d’architectes et d’ingénieurs pour développer des concepts de maisons flottantes. Si certaines ne sont finalement que des « maisons-bateaux », d’autres sont qualifiées d’amphibies. 

Construites sur le sol, elles sont capables de s’élever de 5 mètres au rythme de la montée des eaux. L’inventivité humaine y est pour beaucoup, mais ce prodige n’aurait pu être réalisé sans l’utilisation des matériaux plastiques.

Le premier secret : la légèreté

Une maison, c’est lourd, c’est dense, ça ne flotte pas. Ceci est vrai d’une construction traditionnelle. Architectes et ingénieurs ont donc d’abord réinventé la maison en la rendant plus légère. Pour ce faire, ils ont dû trouver de nouveaux matériaux. Encore une fois, l’industrie du plastique a répondu présent en développant un matériau composite doté d’une âme en polyuréthane et renforcé en fibres de verre et résine époxy.
Léger, résistant, rigide, étanche, durable, ce composite a toutes les qualités requises pour constituer la structure de ces maisons flottantes. Ce n’est néanmoins pas suffisant pour assurer la sécurité et la tranquillité des habitants…

Pas de foundation mais des caissons

Structure légère d’accord, mais comment assurer l’élévation de la maison en cas de montée des eaux ? Eh bien, en la bâtissant sur d’imposants flotteurs, là encore en matériaux composites.
Leur étanchéité est absolue et ne requiert aucun entretien, y compris en cas d’agression par des eaux salées. Ces flotteurs sont en fait des caissons hermétiques enterrés sous la maison. Si l’eau monte, de mini-canaux la dirigent directement sous la maison et, poussée d’Archimède oblige, le bâtiment s’élève. Ce dernier est bien entendu amarré à de très solides pieux, et un système de rail lui permet de monter à la verticale.

Elle flotte, mais est-elle étanche ?

L’étanchéité est le deuxième secret de fabrication de ces maisons d’un nouveau genre. Plusieurs moyens existent, tous issus de l’industrie du plastique. Cette étanchéité est généralement assurée par un revêtement bitumeux renforcé par différents polymères et sur lequel sont appliquées des bandes de fibres de verre. Difficile d’en savoir plus sur ces polymères, car les industriels gardent farouchement leurs secrets de fabrication ! Cet « enduit » n’est appliqué qu’au niveau du rez-de-chaussée et garantit une étanchéité parfaite même en cas de très forte pression de l’eau (raz-de-marée, tempête, crue fluviale etc.). Fin du fin, une maison de ce type est très souvent écologique puisqu’elle est fréquemment dotée de panneaux solaires et d’un système de gestion de l’eau avec réutilisation des eaux usées et des eaux de pluie.

Des tomates flottantes

Aux Pays-Bas toujours, où la maison flottante et amphibie est déjà particulièrement développée, il est question d’étendre le concept aux cultures maraîchères. Dans ce pays, la culture hors sol est en pleine expansion et des projets de serres flottantes sortent des cartons. Le principe serait à peu de chose près identique à celui des maisons. Seule différence, la surface de ces serres peut être dix à quinze fois plus importante que celle des bâtiments d’habitation.

Technologiquement il ne semble pas y avoir de problème majeur, car bien que plus grandes, les serres n’ont qu’un seul niveau et surtout elles sont beaucoup plus légères.

Faire barrière aux tempêtes 

La montée des eaux n’est pas le seul fait du réchauffement climatique. Une forte tempête ou un tsunami peuvent aussi entraîner une inondation sans précédent. L’actualité de ces dernières années nous montre à quel point il reste compliqué pour l’homme de maîtriser la nature quand elle se fâche : Fukushima au Japon, Xynthia en France, tsunami dans le Sud-Est asiatique…
Unique remède : ériger des digues toujours plus hautes et nettement plus résistantes.

 

 

Des digues inébranlables

Combien de drames auraient pu être évités si, lors de la tempête Xynthia, les digues avaient tenu ? Une digue, en effet, c’est fragile ! C’est par ailleurs aussi difficile que coûteux d’entretien. Au fil des ans, voire des siècles, la puissance des vagues peut rompre leur équilibre. 

Rappelons que les digues ne sont qu’un amoncellement de blocs de béton ou de rochers. L’eau s’y infiltre, creuse, jusqu’au jour où l’édifice s’effondre. Toutefois, il semblerait bien que la société BASF ait trouvé la solution pour rendre les digues quasi indestructibles.
Cette solution, c’est l’Elastocoast®.

Renforcer le littoral

Utilisée depuis 2004 aux Pays-Bas et en Allemagne, cette innovation remarquable a également été adoptée en France, notamment au Havre et aux ports autonomes de Bordeaux et de Paris.

L’Elastocoast® est un système élastomère polyuréthane (polyuréthane bi-composant) spécialement mis au point pour renforcer le revêtement des digues en ballast de pierres concassées. Simplement dit, il s’agit d’une résine que l’on mélange aux pierres concassées. Une fois ce mélange opéré, il est déversé sur l’ensemble de la digue traditionnelle. En séchant, ce composite des plus innovants de pierre et de plastique forme une barrière parfaite empêchant l’eau de s’infiltrer dans la digue.

Quid de l'environnement ?

Les composants de tous les matériaux de construction sont toujours susceptibles de migrer dans le milieu environnant. Pour l’industrie plastique, c’est une véritable préoccupation. C’est pourquoi cet aspect fut pris en considération dès la conception de l’Elastocoast®. Plusieurs études ont donc été menées pour évaluer l’affectation ou pas du milieu aquatique par ce matériau. La conclusion s’est vite imposée puisque au bout de quelques semaines les digues recouvertes d’Elastocoast® étaient à nouveau colonisées par nombre d’espèces endémiques (faune et flore).

 
 
POUR EN SAVOIR PLUS

www.baca.uk.com
www.mos-office.net
www.basf.fr/ecp2/Initiatives_duables/Elastocoast

 

 

Cet article vous a plu ? Vous allez aimer les suivants !
  • Le plastique contre vents et marées
    Au quotidien 4 min
    Le plastique contre vents et marées

    Matériau étanche par excellence, le plastique est particulièrement utilisé pour contenir toutes sortes de liquides. Si les bouteilles, les flacons et autres bidons viennent spontanément à l’esprit, le...

  • Quand les plastiques se font anges-gardiens
    Au quotidien 4 min
    Quand les plastiques se font anges-gardiens

    Soldats, policiers, pompiers… font certainement partie des métiers les plus exposés aux risques. Pour ces professionnels, se protéger est bien souvent une question de vie ou de mort. Et dans ce domain...

  • Les plastiques mettent les petits plats dans les grands
    Au quotidien 6 min
    Les plastiques mettent les petits plats dans les grands

    Avez-vous déjà scruté à la loupe votre cuisine ? Allez-y, ouvrez les placards, le réfrigérateur et même le four. N’êtes-vous pas surpris par le nombre d’objets en plastique qui s’y trouvent ? Vaissell...