Au quotidien 5 min
Franchir les barrières de l’impossible
Les innovations pour aider les personnes handicapées à mieux vivre leur quotidien sont légion, voire spectaculaires. Pleins feux sur ces révolutions technologiques qui, sans les matières plastiques, n’auraient pu voir le jour.
Franchir les barrières de l’impossible
Franchir les barrières de l’impossible

Les plastiques prennent les choses en main

Plus fort que Luke Skywalker

On se souvient de cette scène de la Guerre des étoiles dans laquelle Luke Skywalker se fait greffer une prothèse après avoir eu la main coupée par Dark Vador. Trente ans après, la réalité a rattrapé la fiction et ce n’est certainement pas un hasard si les chercheurs de l’entreprise américaine Deka ont surnommé leur prothèse de main « Luke ». Reliée aux terminaisons nerveuses de la personne amputée par des électrodes, cette main à base de téflon, de silicone et de polyester est capable de mouvements complexes et s’adapte à la consistance de l’objet manipulé. C’est bien cela qui change tout : les prothèses articulées existent déjà depuis quelques années mais elles interdisent bien souvent la manipulation d’objets fragiles au risque de les broyer… Un capteur de pression est ici inséré dans la main et directement relié aux nerfs de la partie sectionnée du bras.

Lorsque le patient actionne ses muscles pour transmettre l’information vers la prothèse, cette dernière sait exactement si l’objet qu’elle manipule est fragile ou non.

Le coup de pouce des polymères

Redonner le sens du toucher est bien l’un des enjeux mondiaux de la recherche dans le domaine de la prothèse de la main, et plusieurs équipes avancent très vite sur le sujet. Des universitaires italo-suisses semblent bien partis pour créer une main capable de sensations. Pour cela, ils ont moulé une multitude de capteurs dans le silicone qui compose les doigts de la prothèse. Lorsque le patient manipule un objet, une impulsion électrique envoie les informations émises vers une électrode greffée dans les tendons et rétablit ainsi le sens du toucher. Pour le moment, le patient test, à qui l’on a bandé les yeux, a seulement pu identifier la forme et la consistance de l’objet touché. L’air de rien, c’est déjà une performance, et les chercheurs estiment que, dans un avenir pas si lointain, une personne munie d’une telle prothèse sera capable de jouer de la guitare ou plus simplement de lacer ses chaussures.

Les imprimantes 3D prennent la main

Les prothèses « sensitives » restent pour beaucoup encore au stade de recherche. Leur coût est tel que leur généralisation n’est pas d’actualité. Pour le moment du moins… E-Nable, une association américaine animée par le seul enthousiasme de ses membres bénévoles, faisait dernièrement le buzz en proposant une prothèse de main à moins de 50 € destinée aux enfants. Et ceci grâce à la magie de l’impression 3D. Baptisée « Raptor Hand », cette prothèse est imprimée en ABS, un matériau biocompatible et résistant. Certes, elle n’a pas les capacités des modèles évoqués plus haut, mais elle permet néanmoins de saisir toutes sortes d’objets. Elle est composée de deux parties, la première dans laquelle se glisse le moignon, et la deuxième, qui est un gantelet fixé au bras par du velcro. Une simple action du poignet tire des élastiques fixés sur l’avant-bras qui forcent les doigts à se plier. L’objet s’enfile et se retire très facilement. Il est idéal pour un enfant !

Plus amusant encore, ces prothèses peuvent revêtir quasiment toutes les couleurs. Pour les enfants concernés, le choix de la couleur est un détail important quand il est question de jouer les superhéros dans les cours de récréation…

Une puce à l'oreille

Pour en finir avec les prothèses, impossible de faire la sourde oreille face à l’avalanche de technologies proposées dans le domaine des prothèses auditives. Si les appareils auditifs existent depuis longtemps – qui ne se souvient du fameux cornet ! –, ceux-ci connaissent, grâce aux polymères, une véritable révolution. Ils sont désormais ultraconnectés, waterproof, rechargeables et même invisibles au point de se faire oublier. La concurrence est rude, on dénombre sur le marché plus de 600 modèles différents. Aux fabricants donc de faire la différence en proposant sans cesse de nouveaux produits à la technologie toujours plus avancée. Au royaume de la miniaturisation, les prothèses intra-auriculaires sont reines. L’idée est de placer dans le conduit auditif un micro et un écouteur de quelques millimètres seulement. Ces derniers sont moulés dans un polymère souple et moussé pour garantir non seulement une parfaite adaptation au conduit auditif mais aussi et surtout un grand confort.

Sans ce polymère, dont seuls les concepteurs connaissent la composition, ce bijou technologique aurait été impossible à concevoir. L’allemand Siemens a, quant à lui, profité de la nature hydrophobe des plastiques pour concevoir une prothèse capable de résister une heure sous un mètre d’eau.

Le monde sur le bout des doigts

Une personne aveugle pianotant sur l’écran tactile de son smartphone : c’était du jamais vu jusqu’à ce qu’un jeune entrepreneur indien mette au point le premier smartphone destiné aux personnes aveugles ou malvoyantes. Le "Braille Phone" est en effet capable de retranscrire en relief des photos et en écriture braille n’importe quel texte. Le principe est simple : la surface tactile est formée d’une matrice de minuscules picots dont la hauteur peut varier. Par une modification du relief de ces aspérités, la matrice crée des formes discernables au toucher, des images, des cartes et du texte en braille. Le système s’appuie sur des polymères électroactifs qui changent de forme ou de taille lorsqu’ils sont stimulés par un champ électrique. D’ici peu, l’utilisateur pourra même se géolocaliser par GPS et ainsi se déplacer seul, grâce à un support de cartes en relief. Il est aussi question d’une fonction pour convertir en braille du texte photographié par l’objectif intégré.

Sumit Dagar, le jeune ingénieur indien à l’initiative du projet mise sur 2018 pour la commercialisation de son smartphone, qu’il espère alors rendre accessible au plus grand nombre.

Conduire dans un fauteuil

On le voit bien, toutes ces innovations n’ont qu’un seul objectif : simplifier le quotidien des personnes handicapées, voire les aider à avoir la même vie que monsieur tout le monde. Plus simplement dit, il s’agit de les aider à gagner en autonomie. Et c’est justement le but d’une entreprise tchèque qui a conçu une petite automobile spécialement pour les personnes handicapées. Avec sa portière frontale et sa rampe, contrôlées à distance, le conducteur peut entrer dans le véhicule en chaise roulante, fixer cette dernière et fermer la porte avant de conduire sa voiture directement depuis son fauteuil roulant. Très courte, cette minivoiture peut tout de même transporter un passager. Bien entendu, elle répond à toutes les normes de sécurité. Doté d’un petit moteur pour pouvoir être conduit sans permis, ce véhicule a nécessité des années de développement, petit moteur rimant généralement avec petite puissance.

Or le cahier des charges stipulait que le véhicule devait pouvoir transporter une personne handicapée équipée d’un fauteuil roulant électrique, un passager et une petite centaine de kilo de bagages… Les ingénieurs se sont donc tournés vers les polymères aussi bien pour les aménagements intérieurs que pour la carrosserie. Et pas seulement pour leur faible poids : ils sont assez résistants pour répondre aux normes de sécurité et autorisent toutes les audaces de design. Le résultat est surprenant, et pour une fois les têtes se tourneront vers les personnes handicapées pour une bonne raison.

Made in plastique pour le mag

Les innovations technologiques ne concernent pas les seules personnes handicapées, elles regardent aussi celles à mobilité réduite, notamment les personnes âgées. En effet, l’entrée dans le quatrième âge s’accompagne bien souvent d’une perte d’autonomie. Le devenir de nos sociétés face au vieillissement de la population est même devenu un véritable casse-tête pour nos gouvernements. La solution passe par le maintien à domicile. Une bonne idée, encore faut-il être en mesure d’aider les personnes intéressées. Depuis quelques années de nombreux objets destinés à améliorer le confort et à faciliter la vie quotidienne font leur apparition. De la cuisine à la chambre, en passant par la salle de bains, tous les lieux de vie sont concernés, et là encore, ce sont bien les polymères qui se taillent la part du lion.

Comme, par exemple, ces baignoires à porte dont l’ensemble est moulé dans un polyester du plus bel effet. Les modèles les plus luxueux sont même munis d’un siège hydraulique qui s’abaisse et se relève automatiquement. Dans la cuisine, ce sont les couverts et les casseroles qui sont réinventés avec des manches enduits d’un ABS, voire de silicone, pour une meilleure préhension.

Mieux encore, un entrepreneur français de 76 ans s’est lancé dans l’aventure en proposant une gamme de vêtements adaptés au grand âge. Partant du principe que la température de l’articulation est toujours inférieure à celle des muscles et que cette différence est néfaste à la lubrification de l’articulation et peut provoquer une usure des cartilages, il a doté ses vêtements de parties en ouate de polyester aux propriétés calorifiques renforcées afin de maintenir la chaleur au niveau des articulations. Et pour rendre ses vêtements plus souples, il a largement utilisé des fibres en élasthanne. Comme quoi, l’innovation technique n’est pas l’apanage des plus jeunes.

 

Cet article vous a plu ? Vous allez aimer les suivants !
  • Ces plastiques qui aident à grandir
    Au quotidien 3 min
    Ces plastiques qui aident à grandir

    La famille s’agrandit… Moment unique, magique, l’arrivée de bébé est un événement. Les parents veulent ce qui se fait de mieux pour le choyer, le chouchouter et surtout le protéger. Une naissance, c’e...

  • Franchir les barrières de l’impossible
    Au quotidien 5 min
    Franchir les barrières de l’impossible

    Les innovations pour aider les personnes handicapées à mieux vivre leur quotidien sont légion, voire spectaculaires. Pleins feux sur ces révolutions technologiques qui, sans les matières plastiques, n...

  • Piquer en toute sécurité
    En bref 1 min