Au quotidien 4 min
Les polymères créent l’événement
Champions du design et de la mobilité, les matières plastiques se plient à tous les caprices des organisateurs d’événements soucieux de séduire un public de plus en plus exigeant.
Les polymères créent l’événement
Les polymères créent l’événement

Festival pour les plastiques

Des polymères au service de l'éphémère

Forum, foire… Ces deux mots apparentés désignent les lieux où s’exprime depuis toujours la civilité à l’occasion d’événements dédiés au commerce et aux divertissements. Ils rythment la vie locale, des petites villes aux métropoles mais prospèrent, partout, au gré de la mondialisation.  
Indétrônable dans ce domaine, l’Europe accueille encore chaque année près de 15000 foires et salons qui occupent plus de 53 millions de m². A quoi, s’ajoutent les milliers de congrès, festivals et autres opérations de relations publiques. 
Ces espaces qu’il faut aménager et équiper durant quelques jours pour y recevoir des centaines de millions de visiteurs constituent la vitrine du secteur événementiel… Un domaine d’activités où, chaque professionnel doit tirer parti du moindre mètre carré avant de faire vite place nette, une fois le rideau tiré… Où, donc, les matériaux lourds et encombrants sont bannis… Et les plastiques, bienvenus.

Quand les plastiques entrent en piste

A tout seigneur, tout honneur ! « Le prince des charlatans », Barnum en personne, dont le nom évoque à la fois le chapiteau de cirque, l’étal du marchand forain, la tente de réception et, même, le tapage qu’ils occasionnent. C’est dire si la toile et l’événement ont partie liée. 
Idéal en extérieur, le « barnum » est également présent dans les halls d’exposition. La majorité des structures, y compris les plus grandes, sont réalisées à partir de tissus polyesters enduits de polychlorure de vinyle (PVC) avec des traitements antisalissures ou anti-UV. Mais année après année, les membranes évoluent. Adieu les charpentes à l’ancienne ! Les structures adoptent des formes plus fluides et arrondies.
Très tendance les dômes et les coupoles mettent à profit les effets des nouvelles techniques d’enduction. Le PVC « cristal » multiplie les transparences, avec ou sans nuances colorées.

Dans une autre optique, les membranes multicouches semi-transparentes captent la lumière extérieure tout en permettant la projection d’images à l’intérieur.
En vogue également, la tente d’exposition « stretch » séduit les exposants portés vers l’exotisme comme les adeptes de design futuriste. Grâce à leurs membranes extensibles à base de nylon et d’élasthanne, elles épousent des formes variables suivant la disposition des structures porteuses… Une aubaine pour les organisateurs d’événements qui, à partir de la même base, peuvent proposer à leurs clients une tente bédouine, une pagode à mâts de bambous ou un hall de gare intergalactique.

Des animations de plus en plus gonflées

Tout ce qui est mou n’incite pas à la mollesse. À défaut de pouvoir sauter librement sur leur lit, tous les gamins, par exemple, adorent se défouler dans les jeux gonflables. Du château mou au parcours d’obstacles en passant par le mur d’escalade, toutes les formes et les couleurs qu’autorise l’assemblage de membranes polyamide PVC sont mises à profit pour inciter les petits – et désormais les grands – à ramper, crapahuter, glisser, grimper, se jeter dans le vide et rebondir… 
Installées à demeure par nombres de grandes enseignes commerciales, ces attractions sont désormais indispensables à la moindre manifestation locale. Leur succès est tel qu’il a bien failli ruiner les fabricants les plus réputés au profit d’importateurs ou de loueurs de jeux gonflables bas de gamme, fabriqués en grande série. 

Rescapés de cette hécatombe, une vingtaine d’entreprises européennes et de designers spécialisés ont donné un nouveau souffle à leur métier avec des structures ludiques de plus en plus élaborées : des créations sur-mesure et personnalisées dont l’originalité et la fiabilité séduisent les organisateurs d’événements ou des structures à « adrénaline » inspirées par celles des cascadeurs qui font les beaux jours des parcs d’attraction.

Les plastiques jouent la bonne partition

Les places sont chères, dans les salons. C’est une évidence, au propres comme au figuré. Chaque mètre carré est compté. D’où la nécessité de préserver la capacité d’accueil de chaque stand tout en se distinguant du voisin. 
Pour exécuter cette partition, les matières plastiques offrent une large gamme de panneaux. Principal atout, ils offrent le meilleur compromis en termes de poids, de résistance et d’esthétique. Et cela quel que soit le type de cloison.
Pour les stands de grande dimension, les concepteurs privilégient les panneaux rigides en résine acrylique ou en PVC pour leurs excellentes propriétés de surface, sous l’effet de la lumière ou en transparence. Certains concepteurs leurs préfèrent les panneaux composites aluminium à noyau polyéthylène ou polyuréthanne qui offrent un large éventail de finitions d’aspect bois, métal, laqué ou minéral. 

Réputé comme l’un des composites aluminium les plus minces, avec une épaisseur inférieure à 2 mm, le panneau HYLITE autorise même le pliage de son noyau en polypropylène pour réaliser des structures autoportantes. Autoportants également, les composites épais à noyau polystyrène expansé ont l’avantage de se poser, sans cadre, à même le plancher. Plus légers encore, ceux qui sont laminés en polystyrène massif peuvent être facilement découpés pour réaliser des claustras et ajourés à l’allure de résilles futuristes ou de moucharabieh.

 

Everblock, un grand légo pour les expos

Après avoir fait fortune en créant des revêtements de sol en plastique modulaires, Arnon Rosan récidive avec un procédé ludique pour aménager les espaces d’exposition. Assurément nostalgique du Lego, ce quadragénaire newyorkais s’est inspiré de la petite brique en plastique du célèbre fabricant danois pour créer un système de construction modulable à taille réelle. 
Pour séduire les exposants, EverBlock® System ne mise pas seulement sur la facilité à emboîter ses trois modèles blocs en polypropylène. 
Soucieux de la solidité des constructions verticales, il a prévu des tiges rigides en PVC à insérer dans les deux orifices percés entre les huit créneaux des blocs les plus larges. Ce dispositif astucieux permet aussi d’illuminer, grâce à des câbles en plastiques dotés de LED, l’intérieur des blocs blancs translucides.

De quoi agrémenter toutes sortes d’installations à composer à partir de la palette des 15 couleurs de son catalogue de briques.

Cet article vous a plu ? Vous allez aimer les suivants !
  • Les plastiques ont pignon sur rue
    Au quotidien 7 min
    Les plastiques ont pignon sur rue

    Le mobilier urbain est devenu au fil des ans un véritable marqueur identitaire pour des villes désireuses de proposer à leurs citoyens des espaces harmonisés et des lieux de vie pratiques. Les urbanis...

  • Des plastiques du sol au plafond
    Au quotidien 4 min
    Des plastiques du sol au plafond

    Vantés pour leur grande résistance et leur facilité d’entretien, les revêtements vinyle ont longtemps été cantonnés aux espaces publics. Puis, au gré de l’évolution de leur design et de leur qualité, ...

  • Bâtiment : les plastiques à pied d’œuvre
    Au quotidien 7 min
    Bâtiment : les plastiques à pied d’œuvre

    Les plastiques jouent un rôle primordial dans le bâtiment. Pour preuve, en Europe, plus de 20% de la production de polymères sont utilisés dans le BTP, et les innovations restent nombreuses… Certes le...