Paroles d'expert 4 min

Plastimo : « Nous sommes toujours à l’affût de nouveaux matériaux innovants ! »

Rencontre avec Cathy Millien, directrice de la communication de Plastimo.
Plastimo : « Nous sommes toujours à l’affût de nouveaux matériaux innovants ! »
Kevin Escoffier, skipper Imoca PRB © Sam Greenfield
Plastimo : « Nous sommes toujours à l’affût de nouveaux matériaux innovants ! »

La réputation de Plastimo auprès des marins n’est plus à faire, cependant, peu connaissent son histoire… Pouvez-vous nous en parler ?

Plastimo est une entreprise française créée en 1963 au bord de l’océan Atlantique, à Lorient. Cette entreprise est l’œuvre d’un visionnaire qui a parié, avec succès, sur l’essor de la plaisance et des matières plastique. Le nom qu’il a choisi pour son entreprise est d’ailleurs sans équivoque même si, aujourd’hui, on préfère parler de polymères ou de composites. Les premiers produits à sortir de l’atelier ont été des pare-battages rotomoulés en PVC, puis vinrent les premiers gilets de sauvetage composés de pains de différents polymères comme du polystyrène ou de la mousse de polyéthylène incorporés dans un gilet en polyester. Ces derniers ont d’ailleurs été un must have pour de nombreuses écoles de voile. Mais la véritable révolution allait venir à la fin des années 1960 quand Plastimo conçut et commercialisa le tout premier compas magnétique en plastique.

François Gabart, skipper Trimaran MACIF- Photo : Vincent Curutchet - ALEA-MACIF©

 

Photo Baptiste Leglatin© - Plastimo

 

Une révolution, vraiment ?

Oui, et le mot n’est pas trop fort. Avant, un compas était un instrument lourd et très onéreux composé entre autres de laiton et de verre. Sur les bateaux de plaisance, il était rarement à poste en permanence ; entre deux sorties en mer, le propriétaire le rangeait précautionneusement dans un coffret en bois. 
Solide, voire inusable, le compas en plastique « by Plastimo » a conservé cette connotation d’objet noble à bord. C’est un élément de sécurité et, pour remplir cette tâche, il doit avant tout être fiable ; il est pour cela conçu et assemblé avec une précision horlogère.

 Le succès a été immédiat, d’autant plus que sa fabrication en plastique nous a permis de le commercialiser presque quatre fois moins cher qu’un compas en métal. Aujourd’hui, nos modèles équipent une très large proportion de la flotte mondiale, qu’elle soit de plaisance, de compétition ou de pêche professionnelle. Nous sommes incontestablement le leader européen avec de très bonnes parts de marché également dans le reste du monde.

De quels polymères est-il fait ?

Les plastiques et polymères sont une seconde nature chez Plastimo et nous avons toujours disposé d’équipes très en pointe sur leur actualité. Elles sont capables de sélectionner le meilleur polymère possible en fonction de ce que l’on attend de lui. C’est indispensable, car chaque polymère a ses propres caractéristiques. Le compas, par exemple, a un dôme en polycarbonate, un matériau à la transparence digne du cristal, très résistant, insensible aux rayures et aux rayons UV. Contrairement à ce que beaucoup de personnes imaginent, un polymère transparent n’est pas forcément du PMMA… Ce dernier n’aurait pas été un bon choix pour la fabrication de nos compas car il est plus facilement rayable.  Les mêmes critères de sélection des matières s’appliquent à l’ensemble de nos produits, selon leur fonction et leur emplacement à bord.

Photo Jean-Marie Liot© - Plastimo

 

Prenons une pompe de cale, par exemple. Nous lui demandons surtout d’avoir une excellente résistance mécanique et de supporter les hydrocarbures potentiellement présents dans la cale moteur. C’est donc l’ABS qui s’impose, et sa moindre résistance aux rayures n’est pas un critère majeur pour ce produit caché en fond de cale.

Vous devez donc être très proches des fabricants de polymères ?

Effectivement car ils sont parmi nos principaux fournisseurs et nous nous tenons très au fait de leurs dernières innovations pour pouvoir éventuellement les utiliser dans nos produits. Nous nous sommes attribué pour mission de faire que la mer soit un plaisir, d’où notre base line : « La mer vous sourit ».
Le plaisir en mer commence par les qualités intrinsèques des produits de sécurité que nous concevons, mais cela ne s’arrête pas là. Je m’explique : lorsque notre bureau d’étude développe un gilet de sauvetage, il doit évidemment en faire avant tout un objet capable de sauver une vie. Mais ce n’est pas tout ; nous cherchons également à le rendre confortable et ergonomique, et les polymères et fibres hi-tech nous y aident beaucoup.
Par exemple, certaines boucles ne sont pas en métal mais en polyester, un matériau nettement plus léger et très résistant. Les anneaux pour harnais sont en Dyneema™ pour les mêmes raisons, avec ce petit plus : qu’elles soient agréables au contact de la peau. Ce ne sont là que quelques exemples : ces matières innovantes, conjuguées avec un vrai travail de stylisme et de design, font que les marins n’hésitent plus à porter leur gilet de sauvetage.

Vos produits sont donc conçus chez vous ?

Oui pour la plupart, et notamment tous les compas et la majorité des produits liés à la sécurité, au mouillage et à l’équipement personnel. Comme je le disais, nous avons notre propre bureau d’étude et avons bâti notre réputation sur la qualité et l’innovation. Même à l’échelle mondiale, le marché de la plaisance reste une niche. Nous nous devons donc de proposer des gammes différenciantes, pour nous démarquer de nos concurrents, voire pour garder une longueur d’avance. C’est notamment pour cette raison que nous sommes en permanence à l’affût de nouveaux polymères et toiles enduites ou fibres innovantes. Les produits de sécurité doivent respecter des normes très strictes qui tendent à les uniformiser ; cela nous oblige donc à être créatifs ! C’est le cas de nos radeaux de survie qui se singularisent par une construction exclusive à double chambre composée de différents polymères choisis avec soin pour leurs performances spécifiques.

Photo Hervé Cohonner© - Plastimo

 

C’est avec le même état d’esprit que Plastimo développe depuis peu une gamme de vêtements de mer. Ici aussi la concurrence est rude et, outsider oblige, nous avons soigné un tas de détails qui rendent notre produit unique. Ainsi, nous avons énormément travaillé l’ergonomie et le style en nous appuyant sur une palette variée de fibres textiles synthétiques très souples pour plus de confort et d’agilité en manœuvre. Ces tissus hi-tech assemblés par thermocollage sont résistants, respirants et étanches, des qualités indispensables en mer !

Pour finir, quelle est votre politique environnementale ?

Quand on a la mer pour terrain de jeu, on a forcément très à cœur d’être le plus vertueux possible en matière d’environnement. Nous aimerions par exemple pouvoir recycler nos produits, mais c’est très compliqué car ils sont généralement composés de plusieurs matières qu’il est très coûteux de dissocier. Nous aimerions également utiliser plus de plastiques recyclés, mais les différents tests que nous avons réalisés montrent qu’ils peuvent perdre partiellement leurs qualités mécaniques et, s’agissant de sécurité, nous devons privilégier la performance optimale.
En parallèle, nous avons énormément progressé dans la gestion de nos déchets dans notre usine de Lorient certifiée ISO 9001, et sommes aujourd’hui parmi les plus performants du secteur.
Enfin, dans un autre ordre d’idée, notre garantie exclusive de dix-huit ans sur les radeaux de survie est un engagement de qualité durable, de longévité du produit dont nous sommes très fiers : il reflète l’engagement de la marque Plastimo contre l’obsolescence programmée, puisque seul Plastimo à ce jour propose un radeau de survie capable de durer vingt ans.

 

Cet article vous a plu ? Vous allez aimer les suivants !
  • Secours : la main tendue des plastiques
    Au quotidien 6 min
    Secours : la main tendue des plastiques

    Les vacances sportives, à la mer ou à la montagne, ne sont pas dénuées de danger, et l’imprudence n’est pas toujours forcément en cause. En effet, la nature, aussi superbe soit-elle, peut parfois se m...

  • Tempérament de feu pour les polymères
    Au quotidien 5 min
    Tempérament de feu pour les polymères

    28/02/17 Les plastiques ne feraient pas bon ménage avec les fortes températures ! Les idées reçues ont la vie dure et sont souvent injustes. En effet, certains polymères se complaisent dans la chal...

  • Balise My-AIS : petite mais efficace
    En bref 1 min
    Balise My-AIS : petite mais efficace

    Spécialiste de la conception des technologies de pointe dans les domaines de la sécurité des personnes et des communications spatiales, la société Syrlinks vient de créer la plus petite balise de détr...